Mulalo (nom de fantaisie), jeune demandeur d’asile en Italie, nous raconte son histoire : 

“Bonjour, je m’appelle Mulalo et j’ai 20 ans. Je suis né à Bamako, capitale du Mali, mais j’ai grandi au nord du Mali. En 2012 dans mon pays il y a eu une grande rébellion menée par des groupes djihadistes qui ont imposé la Sharia, avec beaucoup de violence. Bref, si tu n’étais pas d’accord avec eux, ils te tuaient. 

Mon père avait un grand bar et il ne voulait pas le fermer, car il ne partageait pas les idées soutenues par les terroristes. Un jour, les djihadistes ont brûlé son bar et, lorsque mon père s’est opposé à eux, ils l’ont tué. De plus, ces groupes militaires m’ont obligé à m’enrôler comme soldat pour que je combatte avec eux dans la guerre sainte, mais je m’y suis opposé. J’ai alors décidé de laisser ma mère et ma sœur et de m’enfuir en Algérie, où je me suis réfugié tout seul pendant des mois. Après, je suis allé en Libye. Je n’avais pas de papiers, alors la police libyenne m’a arrêté et j’ai été emprisonné pendant deux ans dans une cellule surpeuplée. Un jour, on a décidé de fuir et on a cassé la porte. J’ai pu m’enfuir avec beaucoup d’autres prisonniers, mais on ne pouvait pas rester en Libye, on nous a donc obligés à nous embarquer vers l’Europe accroupis sur un radeau de fortune, qui aurait dû couler… On était 117 personnes à bord de l’embarcation. Heureusement, nous avons été récupérés par la police maritime et nous avons débarqué à Lampedusa, où je suis resté pendant plusieurs jours. Ensuite, j’ai passé un mois en Sicile, avant d’arriver à la Croix-Rouge de Milan.

Je suis vraiment heureux d’être en Italie car ici je peux continuer les études que je n’avais pas terminées au Mali.”

Elena Tribbia

Advertisements